Les déficiences motrices

On définit la déficience motrice comme une perte de la capacité du corps à se mouvoir. On dénombre 5 catégories de déficiences motrices qui varient selon le mal dont on est atteint.

La déficience motrice cérébrale

Elle atteint le cerveau par le biais de lésions. La déficience motrice cérébrale se traduit par une IMC (infirmité motrice cérébrale) ou traumatisme crânien, accidents vasculaires cérébraux ou bien par des tumeurs cérébrales. Ces atteintes neurologiques ne sont plus évolutives une fois abouties. Les muscles et le squelette ne sont pas touchés mais néanmoins ils subissent dans la plupart des cas des altérations liées à la croissance.

Les déficiences motrices d'origine médullaire

Elles sont liées à des troubles touchant la moelle épinière et se traduisent par une paralysie des membres. Parmi ces les déficiences médullaires, on distingue la tétraplégie et la paraplégie.

 

Les déficiences motrices neuromusculaires

Elles comptent une dizaine de maladies, en majorité elles sont d'origine génétique. Maladies évolutives, les personnes en étant atteintes perdent progressivement leur capacité musculaire entrainant ainsi plusieurs bouleversements comme l'insuffisance respiratoire ou cardiaque ou bien comme les troubles digestifs.

  • Les déficiences motrices d'origine ostéo-articulaire

Parmi ces troubles, on retrouve les malformations, les lésions rhumatismales ou bien les anomalies de la formation de l'os. Ces déficiences peuvent également résulter d'accidents ayant entrainés l'amputation.

  • Les déficiences neurodégénératives

Elles surviennent en général à l'âge adulte. Elles regroupent la sclérose en plaque (près de 50000 cas en France) ou la maladie de parkinson (près de 150 000 personnes touchées).