Vivre FM

Syndiquer le contenu Vivre FM - Infos
Les dernières informations de votre radio Vivre FM
Mis à jour : il y a 8 heures 57 min

Un Américain sourd tué par la police

22 septembre, 2017 - 12:00

Un homme de 35 ans, sourd et muet, a été abattu par un policier à Oklahoma City dans le centre des Etats-Unis. Les faits se sont déroulés le 19 septembre au soir. Interpellé verbalement mais atteint de surdité ce citoyen n'a pas pu entendre les avertissements, rapporte le New York Times. Les forces de l'ordre se s'est sentie menacées. L'homme portait sur lui une tige métallique de 60 centimètres de long.


Les forces de l’ordre devaient retrouver un fuyard à son domicile à Oklahoma City, à la suite d’un accident de la circulation. Mais c'est le fils qui a été visé. Les policiers lui ont tiré dessus à coup de taser. 

Plusieurs associations, notamment parmi la communauté des malentendants, ont décrié le comportement des policiers. 

Catégories: Actualité handicap

Le budget du FIPHFP en baisse de 40 millions en 2018

22 septembre, 2017 - 10:32

Le FIPHFP va devoir se serrer la ceinture. L’organisme chargé de l’insertion des personnes handicapées dans le secteur public va passer de 157 millions d’euros pour son budget 2017 à 120 millions en 2018. L’emploi des personnes handicapées se porte mieux, la fonction publique dans son ensemble se rapproche des 6 % fixés par la loi handicap de 2005.  Dans les faits, les collectivités territoriales sont au dessus de ce taux, les hôpitaux sont à 5,3 % alors que l’Etat est à 4,3 %. Ce dernier chiffre est bas, il est dû en grande partie à l’Education nationale qui accuse un retard dans le domaine de l’inclusion des travailleurs handicapés. C’est un employeur important alors même que ce ministère est actuellement exempté de contribution au fonds. Or si la rue de Grenelle payait, cela représenterait 100 millions d’euros de dotation supplémentaire selon Dominique Perriot, président du FIPHFP.

Contraint de puiser dans ses réserves depuis quelques années, le fonds se trouve dans une situation budgétaire très contrainte. En 2018 le FIPHFP va devoir sacrifier un quart de son budget pour Et pourtant l’organisme a des missions qui ont un coût à long terme, il a notamment la tâche d’aider les travailleurs handicapés à aménager leur poste de travail. Cela s’appelle le maintien dans l’emploi et il représente 40 à 50 % du budget.

Catégories: Actualité handicap

Les Français se sentent démunis devant les difficultés de leur famille (handicap, autonomie,...)

20 septembre, 2017 - 16:14

Bien que près d’un Français sur deux (46%) estime que la famille est moins importante aujourd’hui qu’il y a 30 ans, la solidarité au sein des familles françaises reste forte. Aujourd’hui, les deux tiers des Français (66%) soutiennent au moins une personne au sein de leur famille.

Les deux tiers des français se considèrent comme aidants d’une personne dnas leur famille

Ce pourcentage inclut les personnes s’occupant de leur enfant (mineur ou non) ou petit-enfant, mais également ceux qui soutiennent un autre membre de leur famille adulte. Un peu plus d’un Français sur trois (37%) déclare être dans cette situation. Ainsi, 24% des Français déclarent aider régulièrement un de leur proche adulte dans ses tâches de la vie courante (courses, repas, petits travaux, accompagnement dans des démarches administratives), 23% devoir quotidiennement prendre des nouvelles d’un de leur proche pour s’assurer que tout va bien, 19% s’occuper régulièrement de la santé de l’un de leurs proches, 7% financer entièrement ou en partie les soins ou l’accompagnement d’un de leurs proches malade, dépendant ou en situation de handicap et 6% héberger chez eux un de leur proche dans cette situation.

Le sentiment d’être démuni face aux difficultés (dépendance, maladie, handicap, naissance multiple...)

Les Français considèrent très majoritairement (79%) que de nombreuses familles françaises se trouvent aujourd’hui confrontées à des situations compliquées : naissance multiple, personnes âgées perdant son autonomie, maladie grave d’un enfant, personne en situation de handicap... Face à ces situations, ils s’accordent largement pour estimer que les familles manquent d’aide, de la part des pouvoirs publics (80% pensent que les pouvoirs publics n’aident pas assez les familles dans cette situation) mais également de la part des autres membres de leur famille (75% considèrent qu’on est de moins en moins solidaires dans les familles face à ce type de situation). De fait, près des deux tiers des Français (63%) déclarent ne pas se sentir prêt(e) à affronter seul(e) une telle situation si elle devait se produire dans leur famille et 55% avouent ne pas savoir à qui s’adresser pour être accompagné. Les personnes interrogées reconnaissent néanmoins très largement que l’aide extérieure peut être une solution puisque 91% des personnes interrogées estiment qu’il ne faut pas avoir honte d’y recourir dans un tel contexte.

Des difficultés croissantes pour les parents

Pour les deux tiers des Français (66%), il est aujourd’hui plus difficile de s’occuper de sa famille qu’il y a 30 ans (9% pensent que cela est plus facile et 25% ni plus facile ni plus difficile). Cette difficulté croissante est également largement ressentie lorsqu’on s’intéresse plus particulièrement à la situation des parents : 65% des Français considèrent qu’il est plus difficile de s’occuper de ses enfants aujourd’hui que trente ans auparavant (9% plus facile et 26% ni plus facile ni plus difficile). Pour les répondants, ces difficultés accrues s’expliquent d’abord par le fait que les deux parents travaillent (63%). Ils pointent également largement comme explication l’augmentation du chômage et de la précarité (55%), la baisse du pouvoir d’achat (52%), mais aussi la perte des valeurs traditionnelles (49%).

Les solutions de garde pour les enfants lorsque les parents travaillent apparaissent, aux yeux des Français, comme ce qui pose le plus de difficultés aux parents (41% de citations), avant le suivi de la scolarité de ses enfants (37%) ou le fait de s’assurer que ces derniers ne manquent de rien.

Pour les Français, le problème des solutions de garde est d’autant plus prégnant lorsque les deux parents travaillent. Pour des familles dans cette situation, les solutions de garde leur apparaissent comme le premier besoin des familles (54%), mais arrive presqu’à égalité le temps pour permettre de s’occuper davantage de ses enfants (51%). Pour les familles monoparentales, la garde des enfants est également un besoin important (45%) mais qui n’arrive qu’en deuxième position, après les aides financières (50%).

Un Français sur deux juge que l’action des pouvoirs publics en faveur des familles est insuffisante

Les Français sont relativement critiques sur l’aide des pouvoirs publics à destination des familles : un sur deux la juge insuffisante (49% contre 51% d’avis inverse). Les jugements sont à peu près comparables lorsqu’on s’intéresse plus spécifiquement à l’action publique en faveur de la petite enfance (49% la jugent insuffisante et 51% suffisante) ou à destination des familles monoparentales (52% la jugent insuffisante et 48% suffisante). Les critiques sont cependant nettement plus fortes concernant l’action des pouvoirs publics pour aider les personnes âgées : seuls 16% estiment que l’action des pouvoirs publics en faveur des personnes âgées isolées est suffisante et 18% leur action en faveur des personnes âgées qui perdent leur autonomie. Les jugements sont aussi très majoritairement négatifs concernant l’action en faveur des personnes en situation de handicap, que seuls 21% des Français jugent suffisante, et dans une moindre mesure, celle en faveur des personnes malades (31%).

Concernant plus précisément l’offre disponible en matière de structure d’accueil pour les enfants, considérée comme le premier besoin des parents, les jugements des Français se révèlent très critiques à l’égard des places en crèches : les trois quarts des Français l’estiment insuffisante (75% contre 18% suffisante). Les jugements sont un peu plus mitigés concernant les solutions de garde d’enfants à domicile (40% jugent l’offre en la matière suffisante et 49% insuffisante) et les places en centres de loisirs (47% pensent que l’offre y est suffisante, 41% étant d’avis inverse).

L’association comme le type d’organisme le plus adapté pour accompagner en cas de difficultés familiales

Les attentes à l’égard d’une personne intervenant à son domicile sont d’abord l’honnêteté (70% de citations), le professionnalisme (68%) et la fiabilité (63%). En termes de valeurs attendues d’un organisme proposant des services à domicile, le respect de la personne (79% de citations) arrive nettement en tête, devant l’attention (53%), la proximité (44%) ou la solidarité (35%). Pour les Français, parmi les différentes formes d’organisme qui proposent des services à domicile, ce sont les associations de service à la personne qui incarnent le mieux ces attentes (48% contre 20% pour le service public, 20% pour les personnes travaillant à leur compte et 12% pour les entreprises privées).

 

Méthodologie

Enquête réalisée par internet du 30 août au 4 septembre 2017 auprès d’un échantillon de 1 010 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne de référence) et stratification par région et catégorie d’agglomération.

 

Voir aussi l'interview de Thierry d'Aboville, secrétaire général de l'ADMR sur Vivre FM.

 

Catégories: Actualité handicap

Allocation adulte handicapé à 900 Euros : ce sera en novembre 2019

20 septembre, 2017 - 11:50

C’était une promesse du candidat Macron : l’allocation adulte handicapée serait portée à 900 euros. Restait à savoir quand. On connaît maintenant le calendrier de cette augmentation : il y aura, comme chaque année, une revalorisation en avril, puis un coup de pouce en novembre 2018 pour arriver à 860 Euros. La seconde « revalorisation exceptionnelle » se fera au 1er novembre 2019. Le Premier Ministre affirme vouloir « réduire significativement la pauvreté subie par les personnes handicapées »

Simplification

La revalorisation de l’AAH va s’accompagner d’une simplification et d’une clarification entre les différents dispositifs de soutien aux personnes handicapées qui sont, selon le gouvernement, « peu lisibles ».

Les deux compléments de ressources de l’AAH destinés à compenser l’absence de revenus des personnes handicapées et qui ont des frais de logement importants seront refondus en un seul. Cette mesure de simplification se fera progressivement pour préserver les droits des actuels bénéficiaires. Elle vise à simplifier les démarches des allocataires qui pourront ainsi plus facilement prétendre à la « majoration pour la vie autonome ».

 

La question des ressources du conjoint

Une des revendications des personnes handicapées concernait la prise en compte des revenus du conjoint pour l’attribution de l’allocation.  (Rappelons que si le conjoint de la personne handicapée dispose de ressources, celles-ci viennent en déduction pour le calcul de l’allocation versée à la personne). Le gouvernement ne cherchera pas à revenir sur cette mesure et au contraire, va aligner la prise en compte des ressources du conjoint sur les conditions faites aux titulaires du RSA. « L’impact de cette mesure sera neutralisé par la revalorisation parallèle de la prestation » explique le gouvernement qui précise que cette situation concerne un quart des allocataire de l’AAH. Le passage à 900 euros en 2019 devra donc compenser la perte de ressources des personnes en couple.

Catégories: Actualité handicap

Marley, un élève autiste confronté au départ de ses AVS

19 septembre, 2017 - 09:58

Marley a cinq ans, il est en grande section dans une école maternelle de Villeneuve Saint-Georges dans le Val-de-Marne. Cet enfant est diagnostiqué autiste, il a reçu une notification pour bénéficier d’une auxiliaire de vie scolaire. A la rentrée cet élève a été accompagné par une AVS, mais seulement pendant deux jours. Rose-Lise sa maman est confrontée à ce problème des auxiliaires qui s’en vont et qui ne sont pas remplacées, elle n’a pas reçu d’explications probantes de la part de l’Education nationale.

 

 

Le 18 septembre, Rose-Lise a manifesté devant le ministère de la Santé, à l’appel du Collectif citoyen handicap qui souhaite interpeller le gouvernement sur les difficultés rencontrées par les personnes handicapées et leurs familles cette semaine. Actuellement Marley suit la classe le matin et se rend en soins l’après midi. L’enfant est suivi dans le secteur libéral et ne bénéficie pas d’une bonne prise en charge en charge. En juin, la Rose-Lise a déposé des demandes auprès d’établissements spécialisés, elle n’a aucune réponse.

Photo de Maxence Flickr sous licence Creative Commons CC BY 2.0

Catégories: Actualité handicap

Comment réussir l’inclusion professionnelle des personnes handicapées ?

19 septembre, 2017 - 09:01

Réussir l’insertion professionnelle des personnes handicapées repose d’abord sur les compétences des travailleurs. Pour être durable cette insertion doit aussi prendre en compte les différents impacts de la situation de handicap sur la vie quotidienne des personnes et sur le fonctionnement des entreprises. Ces trois dispositifs de formation et/ou de suivi dans l’emploi ou vers l’emploi permettent de prendre en compte la personne accompagnée dans toutes les dimensions qui concernent l’insertion professionnelle.

Le Directeur de l’INSHEA*, José Puig expliquera lors de l’ouverture de la matinale ce qui caractérise une démarche inclusive tout en portant une réflexion sur les avantages pour les personnes en situation de handicap et pour les entreprises.

 

Les trois associations présentées  sont soutenues par la Fondation OVE.

 

Le centre Forja

Depuis 1977 le Centre Forja (Forja comme Formation des jeunes aveugles) accompagne les adultes aveugles ou mal-voyants  vers des formations adaptées aux besoins des entreprises d’aujourd’hui. Au delà des métiers traditionnels adaptés aux personnes ayant une déficience visuelle, le Centre Forja veut renforcer les partenariats avec les entreprises et mieux répondre au besoin de recrutement des employeurs.

 

L’association Aires

Créée en 2005, l’AIRES, (Association pour une Intégration Réussie dans l’Entreprise et dans la Société), œuvre pour une insertion durable des personnes en situation de handicap en entreprise ordinaire et accompagne chaque jour des entreprises et des personnes en situation de handicap mental dans leur projet d’accès ou de maintien dans l’emploi. Véritable interface entre l’employeur et le travailleur, elle se mobilise autant pour l’un que pour l’autre.

 

Le Media Lab de Vivre FM

Le Media Lab Vivre FM permet aux personnes handicapées en recherche d’emploi de remobiliser les compétences acquises au cours de leur parcours professionnel en vue d’un retour à l’emploi. La formation délivrée dans le centre dédié cible en particulier les personnes présentant un handicap dit « psychique » et vise à un retour rapide à l’emploi, via le programme « Agir » associant les entreprises. L’action de formation utilise la production audiovisuelle (expertise de la radio Vivre FM) comme support de remobilisation.

 

Rendez vous le 3 octobre au Centre Forja à Paris

Uniquement sur inscription préalable.

Info et inscription en contactant le Centre Forja :

 

Déroulé de la matinée

8h - 8h30 | Accueil des participants autour d’un petit déjeuner.

8H35-8H 45 I Ouverture du work shop

Jose Puig Directeur de l’INSHEA

8h45 - 10h30 | Accompagnement dans l’emploi : des dispositifs sur lesquels s’appuyer pour réussir les recrutements

Centre Forja & Défi Métier & B2s paris (handicap visuel) : De la formation à l’entreprise

  • Atia KPOTON, stagiaire en formation niveau III
  • Pauline BAUMGARTNER , Chargée de missions Emploi Formation - Référente handi- cap, représentant Défi Métier
  • Marc LABAYE, Réseau des Réussites ADAPT Pierre VELLY, RRH adjoint , représentant B2S Paris Laurence HYVERNAT, Directrice du Centre FORJA

Association AIRES & Pick Up (handicap mental) : Le maintien dans l’emploi, un travail d’équipe

  • Louis DECLERCQ, Chargé de restauration

  • Amélie DULAC, Chargée d’insertion AIRES

  • Alexandra MOTTE, Responsable GRC

  • Laurence GERMAIN, Directrice de l’association AIRES.

 

Média Lab Vivre FM & Manpower (handicap psychique) : deux mois pour apprendre à se connaître et repérer les talents

Julien, en recherche d’emploi répondra aux questions de Frédéric CLOTEAUX, Direc- teur de l’association VIVRE FM

10h30 - 11h30 | Echanges, Questions/Réponses.

11h30 - 11h45 | Clôture par M. Christian BERTHUY, DG de la Fondation OVE.
Les dynamiques conjointes du monde associatif et du monde de l’entreprise au service de l’inclusion.

La matinée sera animée par Vincent LOCHMANN, rédacteur en chef de la Radio VIVRE FM

Catégories: Actualité handicap

Amputé il y a 4 ans, il devient champion du monde !

15 septembre, 2017 - 14:04

Il est né un peu après noël en 1985, le 28 décembre précisément et aujourd'hui vendredi 15 septembre 2017 à Rotterdam, il vient de recevoir un beau cadeau : un titre de champion du monde. Un titre qui repose d'abord sur une détermination sans faille et un engagement exemplaire.

Alexis Hanquinquant est victime d’un accident du travail en 2010. « Ils ont tout fait pour qu’il garde sa jambe ». explique sa mère Lydie qui précise qu’après l’amputation en 2013,  « Il s’est mis comme défi de se lancer dans le sport et il a dit qu’il ferait du para-triathlon ». Il faut dire qu’Alexis a toujours été sportif. Il est sacré champion de France de Full contact juste avant son accident en 2010 et se préparait une belle carrière à l’international dans ce sport. Son accident n'otera rien de sa détermination.

"Donner de l'espoir, c'est ce qui me fait vibrer"

Après son amputation au niveau du tibia en 2013, il choisit de se lancer dans le triathlon. Trois ans plus tard, il prend le départ du championnat de France à Montluçon et termine sur la seconde marche du podium. L’année 2017 démarre parfaitement pour lui, et en juin il devient champion d’Europe et conquiert en Aout le titre de champion de France qui lui avait échappé l‘année précédente. En juin, il participe au Triathlon de Deauville avecles valides et termine à la 11eme place (en flash) Avec ce titre de champion du monde, il se place en parfaite position en vue des Paralympiques de Tokyo dnas trois ans.

Chez nos confrères du quotidien Paris-Normandie, Alexis explique qu’il court aussi pour toutes les personnes handicapées : « j’ai l’impression de donner un peu d’espoir et de motivation aux gens qui se retrouvent en situation de handicap. C’est quelque chose qui me transcende, qui me fait vibrer. »


Elise Marc sacrée championne du monde aussi à Rotterdam

Elise Marc termine première de la course en catrégorie PTS3. La varoise a démarré le triathlon en 2013. Elle a déjà à son palmares un titre mondial à Besançon et à Madrid.

Catégories: Actualité handicap

Prix Entreprise et Salariés Aidants : quand les entreprises aident les aidants familiaux

14 septembre, 2017 - 16:36

Un salarié sur quatre. C’est le nombre de salariés aidants, dans dix ans. Un chiffre qui monte à un sur trois pour les plus de 40 ans. Aujourd’hui, c’est un salarié sur six, soit près de 5 millions d’actifs, qui aident un proche en situation de dépendance, du fait de l’âge, d’un handicap, ou d’une maladie. Cette situation qui s’amplifie, du fait du vieillissement de la population, et de l’allongement des carrières, représente un défi pour les salariés, comme pour les entreprises.

Promouvoir le soutien des entreprises aux aidants

Pour faire face à cet enjeu d’avenir majeur, le Prix Entreprise et Salariés Aidants récompense, pour sa 2e édition, les meilleures initiatives des organisations, en faveur de leurs collaborateurs aidants familiaux. Placé sous le patronage de Muriel Pénicaud, Ministre du Travail, et financé par des acteurs de la protection sociale et des associations, ce prix est ouvert à toutes les entreprises, associations et institutions publiques. Sa vocation : promouvoir le soutien aux aidants en activité professionnelle, sensibiliser les décideurs, et faire connaître les bonnes pratiques. Avec aussi l’ambition d’inspirer de nouvelles solutions dans les petites et moyennes entreprises, qui représentent  48 % de l’emploi salarié. Les organisations candidates concourent dans 4 catégories : plus de 4000 salariés, entre 1000 et 4000 salariés, moins de 1000 salariés, et une catégorie réservée aux acteurs de la fonction publique. La cérémonie de remise des prix a lieu le 5 octobre à la Maison de l’Amérique Latine, à Paris, et est précédée, à partir de 18 heures, d’un colloque sur le thème des aidants en activité professionnelle.  

Congé spécial, assistance téléphonique…

L’an dernier, la première édition du prix a rassemblé 18 dossiers de candidature et distingué 3 entreprises lauréates. Parmi les initiatives primées, la mise en place d’un congé « aidant », par le groupe Crédit Agricole Assurances. Il s’agit d’un dispositif solidaire, où les salariés donnent des jours de congé, qui peuvent ensuite être utilisés par les salariés aidants. Le groupe Casino a été récompensé pour ses services, comme l’assistance téléphonique gratuite, l’aide aux démarches administratives, et l’attribution de chèques emploi service universel (CESU), et l’entreprise Mutex pour la négociation d’un accord d’entreprise qui élargit la notion d’aidant familial.

 

Les aidants en activité professionnelle : un enjeu de taille pour les entreprises, dont 26 % des salariés aidants sont contraints de s’absenter, en moyenne, 16 jours par an. Un taux d’absentéisme qui pourrait être réduit de moitié. La situation pèse aussi sur la productivité des salariés aidants, avec un coût moyen annuel par salarié, pour l’entreprise, estimé à 1500 euros. 

 

Quant aux salariés aidants, ils ne sont pas en reste de difficultés. Manque de temps, stress, fatigue, culpabilité vis-à-vis de son employeur ou de ses collègues, risque de santé accrus de 20 %, ou encore perte de revenus : tel est leur quotidien. Alors, comment concilier les rôles d’aidant familial et de salarié ? 64 % d’entre eux souhaiteraient un aménagement de leur temps ou lieu de travail.

Prix Entreprise et Salariés Aidants : programme de la manifestation

Jeudi 5 octobre 2017
Maison de l’Amérique Latine, 217 Boulevard Saint-Germain, 75007 Paris

 

18h00 – Introduction de Bertrand FRAGONARD, Président du Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge.

18h10 – « Accompagner les entreprises et leurs salariés aidants : un engagement sociétal », AG2R LA MONDIALE ; « Innovation RH : améliorer la qualité de vie des salariés aidants », Groupe UP

18h25 – Table ronde : « Répondre à l’accroissement du nombre de salariés aidants : vers un management de nouvelle génération ? »
Avec :
Anne SAINT-LAURENT, Directrice de l’Action sociale, AGIRC-ARRCO
Jean-Lou BLACHIER, Vice Président Délégué, CPME
Jean-Claude DELMAS, DRH France, groupe CASINO
Pascale COTON, Vice-Présidente Confédéral, CFTC
Florence LEDUC, Présidente, Association Française des Aidants

19h00 – Remise des Prix aux lauréats

19h20 – Cocktail

 

Les dirigeants et cadres d’entreprises (RH, RSE, QVT), partenaires sociaux, responsables associatifs, et experts sont invités à s'inscrire gratuitement pour assister à l'événement, sur le site Internet : http://www.prix-entreprise-salaries-aidants.fr/prix-2017b/.

Catégories: Actualité handicap

Paris organisera ses premiers Paralympiques en 2024

13 septembre, 2017 - 20:41

Jeudi 10h00 l'APF pour des jeux inclusifs

L'assoiciation des paralysés de fRance souhaite "que Paris 2024 soit une chance pour l’accessibilité avec la mise en œuvre d’une nouvelle dynamique pour l’adaptation de la capitale et des communes alentours, du cadre de vie et des services de transports en particulier grâce à une enveloppe budgétaire dédiée". Dans un comuniqué l'APF souhaite aussi que "Paris 2024 soit une chance pour la visibilité des personnes en situation de handicap, dans la cité et dans les médias. Enfin, Paris 2024 est une chance pour une société ouverte à tou·te·s dans laquelle chacun·e a sa place grâce à un événement porteur de lien social et de valeurs de solidarité et d’inclusion."

 

Mercredi 21h00 La fédération handisport "mettra tout en oeuvre pour garantir un accueil pour tous dans ses clubs"

Dès l'annonce de la proclamation de l'attributiondes jeux à Paris., le président de la Fédération handisport Frédéric Delpy rappelle que son organisation milite pour la pratique d'une activité physique pour tous. « Nous mettrons tout en œuvre pour garantir un accueil à la hauteur du défi qui est devant nous maintenant, dans nos clubs. Nous continuerons d’apporter une attention particulière face à la singularité de nos pratiquants en leur proposant un encadrement et une pratique adaptés et sécurisés. Les Jeux ne toucheront pas seulement quelques championnes et champions de haut-niveau, tous les styles de pratique, tous les âges, tous les publics doivent bénéficier de la synergie positive et durable des Jeux olympiques et paralympiques. » précise Frédéric Delpy

 

Mercredi 20h00 Paris accueillera donc les Jeux olympiques et paralympiques en 2024. Il reste maintenant sept années à la capitale, mais aussi au départements limitrophes pour tenir leurs engagements ambitieux vis à vis du CIO, de IPC (International Paralympic committee) mais aussi des franciliens. Enjeux sportifs bien sur mais aussi environnementaux, sociétaux et sociaux.

 "Au boulot ! "

"Tout commence maintenant "  a twitté la ministre en charge du handicap. Sophie Cluzel indique ainsi que le défi a relever est important. La présidente du comité paralympique et sportif français, Emmanuelle Asmann ne dit pas autre chose en s’exclamant avec enthousiasme : « au boulot ! »


Les engagements de Paris 2024 sont nombreux et affichent une volonté d'impliquer els personnes handicapées dnas l'ensemble des jeux. Le dossier indique que es Jeux Paralympiques seront les plus partagés de l’histoire et prometent une "entière accessibilité pour les personnes en situation de handicap, et une vraie ambition visant à changement de regard de la société".

Concrétement le programme prévoit :

  • La mise en lumière des athlètes paralympiques et la multiplication de manifestations sportives et culturelles mixant les publics valides et non valides sur le thème du « vivre ensemble, jouer ensemble »
  • La découverte des sports olympiques et paralympiques par les jeunes, dans le cadre de la « Semaine Olympique et Paralympique » à l’école
  • Une accessibilité renforcée dans les transports
  • Des recrutements et formations facilités pour les volontaires en situation de handicap
  • Le premier village paralympique 100% accessible
  • Une expérience spectateurs 360° (audio description ; offre de billetterie adaptée pour les accompagnants)

Des Parisiens vigilants

Tout le monde ne partage pas cet enthousiasme. Parmi les auditeurs de Vivre FM, Eric trouve que les Jeux sont une opportunité sur le plan social et économique mais il se dit « inquiet ». Il.se souvient de l'Euro de football organisé à Paris, un événement qui avait à l'époque désorganisé le service de bus. Ce Parisien à mobilité réduite avait été contraint de quitter la capitale temporairement.

Martie est contre l'organisation des Jeux par la France, elle estime que nos pays est déjà bien assez endetté. Quant aux retombées de cette manifestation Marie pense qu'elles n'excéderons pas trois mois.

Catégories: Actualité handicap

Pierre Bergé : Line Renaud rend hommage à son « frère d’armes » contre le Sida

8 septembre, 2017 - 14:36

« Un infatigable combattant de la première heure » c’est ainsi que Sidaction a salué l’un de ses fondateurs devenu président. Line Renaud, l’autre grande figure de l’association a rendu un hommage émouvant hommage à son « frère d’armes ».

L'hommage de Line Renaud

« Pierre était mon frère d'armes, c'est une rencontre qui a changé le cours de ma vie. Combien de fois ai-je été impressionnée par ses connaissances, sa culture, ses réflexions si percutantes, son raffinement! Il était un homme vif, instinctif, toujours à l'affût de l'air du temps. La vie nous a réunis, mieux que la vie, le combat pour la vie.


Il y a 32 ans, l'un et l'autre, chacun de notre côté, nous nous sommes investis dans la lutte contre le sida avant d'unir nos forces en 1994. Nous avons créé Sidaction et nous ne nous sommes jamais lâché la main depuis. 
Au fil de toutes ces années, nos liens étaient devenus très profonds, teintés du plus grand respect.


Faire la route sans Pierre est terriblement douloureux mais le plus bel hommage que l'on puisse lui rendre aujourd'hui, c'est de poursuivre notre combat contre le Sida. Je suis prête, je lui en ai fait la promesse, toute l'équipe de Sidaction est prête à poursuivre, elle est très forte, solide, mobilisée comme au premier jour. »

Catégories: Actualité handicap

Mise en accessibilité des gares, des élus locaux dénoncent le retard pris sur la ligne D

8 septembre, 2017 - 10:22

266 c’est le nombre de gares que la région ïle-de-France s’engage à rendre accessibles d’ici 2025. Depuis son arrivée à la présidence l’équipe de Valérie Pécresse dit en avoir mis 34 aux normes et 43 sont actuellement en travaux. Ces chiffres ont été dévoilés hier. Mais parfois ça prend plus de temps que prévu, exemple à Savigny le Temple en Seine et Marne. Les travaux sont reportés de plusieurs années et les élus locaux entament un bras de fer avec la SNCF.

Savigny le temple se trouve à 33 km de Paris. Cette commune se situe dans le sud-ouest de la Seine et Marne, près de Melun. Les travaux de mise en accessibilité de la gare devaient commencer en octobre. Ces aménagement sont financés mais cet été la SNCF a annoncé qu’ils sont reportés faute de moyens humains. Une situation incompréhensible selon Valérie Pécresse la pdte de la région ïle-de-France.

La MPDP est juste à côté de la gare

Plusieurs gares sont concernées, notamment Cesson et Le Mée qui se trouve également sur le RER D juste avant Melun. Pierre Deniziot, délégué spécial en charge du Handicap pour la région Île de France rappelle que l’arrêt de Savigny-le-Temple a une particularité, celle de desservir des établissements fréquentés par des personnes handicapées.

La Maison départementale des personnes handicapées est située tout près de la gare, de même qu’un institut médico-éducatif ou encore un foyer accueillant des personnes handicapées. Une manifestation est prévue vendredi à Savigny le Temple à l’initiative la municipalité qui demande à ce que SNCF renonce à reporter les travaux. Isabelle Gabay est conseillère municipale déléguée à l’accessibilité et à l’intégration des personnes handicapées, elle trouve étonnant qu’un dossier aussi avancé ait été reporté à quelques semaines de l’échéance.

Photo de Patrick Janicek, Flickr sous licence Creative Commons CC-BY 2.0

Catégories: Actualité handicap

Les paralympiques de Tokyo feront davantage de place aux femmes

6 septembre, 2017 - 16:40

Le programme des épreuves et des médailles ainsi que les quotas du nombre d'athlètes ont été approuvés par le Conseil de direction de l'IPC ce lundi 4 septembre après 10 mois de consultation avec les fédérations internationales. Au moins 1 756 places ont été prévue pour les compétitions féminines, ce qui représente une augmentation de 17% par rapport à Londres 2012. Ce nombre augmentera encore en raison de l'attribution de 294 emplacements non spécifiés hommes/femmes pour les compétitions mixtes comme l’équitation. Au final ce seront donc un peu plus de 40% d'athlètes féminines qui prendront part aux compétitions. LaFrance devront soutenir les concurrentes féminines si elle veut tenir son rang. Rappelons pour mémoire qu'à Rio en 2016, l'équipe de France comptait 126 athlètes dont seulement 42 femmes, soit un peu moins de 35%.

Plus de place aussi pour les athlétes plus lourdement handicapés

 

Dans le cadre de la volonté de l'IPC d'accroître les opportunités pour les athlètes ayant des handicaps plus importants, davantage de places ont été attribuées à la Boccia. (116 places, soit 8 de plus qu’à Rio). Sir Philip Craven, le président de l'IPC, est enthousiaste : « Le programme paralympique de Tokyo 2020 nous permet de tirer parti du succès de Rio 2016, des jeux qui ont été largement considérés comme les meilleurs en termes de performance athlétique. Lors de la finalisation du programme de Tokyo 2020, nous voulions augmenter le nombre de créneaux pour les athlètes féminines et les athlètes ayant des besoins de compensation importants. Dans le même temps, nous ne voulions pas augmenter les coûts pour le Comité d'organisation de Tokyo. Nous avons atteint tous nos objectifs et proposons un programme qui montrera le meilleur de ce que le sport paralympique et les athlètes paralympiques ont à offrir à Tokyo en 2020 ".

En 2016, les Jeux paralympiques de Rio avaient réuni 4 328 athlètes qui ont participé à 528 épreuves. La suppression du football à 7 et de la voile à Tokyo 2020 a libéré 192 places d’athlètes et quatre médailles d’or.

Catégories: Actualité handicap

Avs : « Pole emploi m’a appelée pour annuler mon embauche »

5 septembre, 2017 - 15:58

Le mail de l’académie de Toulouse était très clair : « votre candidature a été retenue ». Cette mère de famille avait postulé au printemps pour devenir auxiliaire de vie scolaire à la rentrée. Ancienne directrice de crèche, elle-même mère d’un enfant handicapé, elle avait toutes les compétences requises pour le poste. Sans emploi depuis plusieurs mois, elle était éligible aux contrats aidés. Au début de l’été, Anne était confiante: elle aurait un poste à la rentrée.

 

 Courrier Votre candidature a été retenue

Le mail de l'académie confirmant le recrutement

 

Sans nouvelle de la part de l’éducation nationale à la fin du mois d’Août, elle décide néanmoins de relancer son contact à l’académie. Elle envoie un mail et demande quand elle connaitra son affectation. Pas de réponse, l’inspection fait le mort…. Elle interroge alors Pole Emploi qui l’avait mise sur la piste de cet emploi en avril, elle reçoit ce mardi 5 septembre, au lendemain de la rentrée, un appel d’une conseillère de l’agence qui lui indique que finalement elle ne peut pas être recrutée. Son interlocutrice conclue : « Bon courage et relancez Pole Emploi en octobre ».

 

Le gouvernement avait pourtant indiqué récemment encore sur Vivre FM que l’Education nationale ne serait pas frappée par les réductions d’emplois aidés. Sur Vivre FM à la veille de la rentrée, la ministre du handicap précisait même que « les contrats aidés seraient fléchés en particulier vers l’accompagnement des élèves handicapés ».

 

Catégories: Actualité handicap

Salon SME, le grand rendez-vous des micro-entrepreneurs les 25 et 26 septembre à Paris

5 septembre, 2017 - 15:36

96 % des entreprises françaises sont des TPE, c'est-à-dire qu’elles comptent moins de 10 salariés. Le développement du secteur informatique et le statut d’auto-entrepreneur ont bossté ce format de sociétés. Parmi les acteurs de ce secteur on compte 830 000 freelances et quelques 200 000 consultants indépendants, des professionnels qui travaillent seuls et qui ont besoin de se former tout au long de leur carrière avec de nouvelles techniques de vente et des solutions pour développer leur activité. Le Salon SME consacre la journée du 25 septembre à ces indépendants. Les organisateurs soutiennent deux autres publics le 26 septembre, les jeunes entrepreneurs et les femmes. Ces deux populations manifestent une volonté de lancer leur activité mais ont besoin d’un coup de pouce. A titre d’exemple 32 % des moins de 30 ans souhaite lancer une entreprise. 16 000 visiteurs sont attendus au Palais des Congrès.

Catégories: Actualité handicap

Essonne, le chèque autonomie boudé par les banques

4 septembre, 2017 - 14:37

Le département de l’Essonne propose des chèques autonomie depuis le mois d’avril. Le dispositif permet aux Essonniens en situation de handicap ou en perte d’autonomie de payer des professionnels de façon simple et sécurisée. Le principe est le même que le chèque emploi service, il sert à rémunérer et à déclarer l’employé. Mais juste avant l’été, des bénéficiaires ont alerté les services départementaux. Certaines banques exigent des frais de gestion lorsqu’on leur présente ces chèques, d’autres refusent carrément de les traiter. François Durovray le président du conseil départemental de l’Essonne considère que les établissements bancaires doivent prendre leurs responsabilités. L’élu a saisi l’Association des départements de France ainsi que l’Association française des banques. Pour le moment le département n'a reçu aucune réponse des professionnels du secteur bancaire.

Catégories: Actualité handicap

« J'étais ému à la porte de l'école » le témoignage de rentrée des parents différents

4 septembre, 2017 - 10:33

Nora a cinq ans et demi et ce 4 septembre est un grand jour, elle entre en CP. Son père Sébastien également, infirme moteur cérébral est ému de conduire sa fille chez les grands comme des millions de Français ce matin. Cet animateur pour enfants a confié à Vivre FM avoir eu « la larme à l'oeil » en franchissant le seuil de l'école, mais pas Nora qui a eu la joie de retrouver ses copains et copines. Ce jour devrait rester gravé dans la mémoire de celui que l'on surnomme Séb à roulettes en tant que blogueur.

 

Et vous, comment s'est passée votre rentrée scolaire. Témoignez sur notre antenne en appelant le 01 56 88 40 20.

Catégories: Actualité handicap

Augmentation de l'AAH : réponse mi septembre

1 septembre, 2017 - 09:34

Invitée de Vivre FM ce vendredi 1er septembre Sophie Cluzel indique que l'augmentation de l'AAH sera précisée à la mi-septembre lors de la réunion du Comité Interministériel du Handicap. Les ministres seront réunis à Matignon dans la semaine du 18 Septembre pour faire un point sur l'avancement des travaux sur la question du handicap.

Lors de cette réunion, Sophie Cluzel fera une comunication pour indiquer les conditions de l'augmentation de l'AAH.

Interrogée sur Vivre FM, ce vendredi matin, la Ministre précise : "Nous en saurons plus sur le calendrier lors du budget 2018 et surtout lors de la réunion du Comité Interministériel du Handicap qui aura lieu dans la semaine du 18 septembre, donc très bientôt. On maintiendra l'engagement : le président de la république s’est engagé et le gouvernement s’est engagé. Elle sera massive dès 2018 pour atteindre 900 euros."

Il faudra donc attendre encore une quinzaine de jours pour savoir à quelle date l'objectif des 900 euros sera atteint.

Le projet de loi de finance pour 2018 sera présenté en conseil des ministres à la fin du mois de septembre et débattu au parlement en octobre.

Catégories: Actualité handicap

Valérie Pécresse : « Notre objectif : rendre les lycées 100% accessibles »

30 août, 2017 - 13:00

En décembre 2015, lorsqu’Valérie Pécresse est élue à la Présidence de la région Ile-de-France, 12 lycées sur 469 sont pleinement accessibles aux élèves en situation de handicap. Depuis 2016, elle tente de parvenir à son objectif : rendre tous les lycées 100% accessibles ce qui passe par divers investissements.

Des accompagnements individualisés

Rendre les lycées accessibles est coûteux. Pour cette raison, au cours des deux dernières années scolaires, « des travaux d’accessibilité sur mesure ont été réalisés dans 12 établissements ». Ces aménagements ont bénéficié à 51 élèves pour un montant global de 803.000 euros.

La région s'investit pour aménager et équiper de nouvelles salles de classe

Sur les trois académies d’Ile-de-France, un tiers possède une unité localisée pour l’inclusion scolaire (Ulis). Pour répondre à l’objectif du Ministère de l’Education nationale qui est d’avoir une Ulis par établissement, « chaque académie crée tous les ans une dizaine de nouvelles Ulis. » Pour l’année scolaire 2016-2017, la Région a investi 330.000 euros « qui ont servi à financer deux classes d’Ulis pour des élèves autistes, malentendants et une classe spécifique pour les élèves avec un handicap moteur. »

Une accélération de l'agenda d'accessibilité programmé des lycées

Le Conseil régional de la Région Ile-de-France a « décidé d’accélérer la mise en œuvre » de l’agenda programmé des lycées qui doit « donner une vision globale des échéances d’accessibilité de tout le patrimoine lycéen. » Cette année, un marché d’étude préalable a été lancé pour 44 nouveaux établissements. De même, l’appel d’offres pour la désignation des maîtres d’œuvre de 51 autres établissements et l’appel d’offres des travaux pour 24 autres établissements ont été lancés.

Une formation active des agents

De nombreuses actions vont être menées en direction du personnel d’accueil des lycées. Les agents vont par exemple bénéficier « d’une journée les sensibilisant à l’accueil d’une personne en situation de handicap » afin de mieux appréhender les besoins spécifiques de ses élèves. Une formation est également prévue pour les encadrants du siège et des lycées.

Une information plus facilement accessible

L’objectif de Valérie Pécresse : les lycées 100% accessibles. Une consultation des associations du handicap,  des rectorats et des référents d’accessibilité des 8 départements a été menée afin de mettre en place des référentiels. Cela va permettre « d’optimiser les choix techniques, d’harmoniser et d’accélérer l’étude des maîtres d’œuvre pour les travaux de mise aux normes des lycées. »


 

Catégories: Actualité handicap

Jean-Michel Blanquer : « La scolarisation des élèves handicapés est une priorité d'Emmanuel Macron »

29 août, 2017 - 14:31

En matière d’inclusion, le ministre de l’Education nationale a dévoilé des chiffres en hausse depuis 2006 pour le nombre d’élèves handicapés et d’accompagnants. Dans les deux cas, la croissance est continue, mais les deux courbes évoluent différemment. Dans le document ci-dessous la courbe qui représente les élèves accompagnés augmente plus vite que celle des personnes chargées de les accompagner.

Elèves accompagnés et accomapgnements à la scolarisation depuis 2006

Les élèves handicapés étaient 172 145 dans le premier degré en septembre 2016 et 128 670 dans le second degré. Ces chiffres traduisent une hausse continue depuis 2006. Le ministère de l’Education nationale estime également que l’inclusion fait des progrès, notamment avec un allongement de la durée de scolarisation. Ces effectifs étaient en hausse de plus de 7,5 % par rapport à la rentrée 2015 où l’on comptait 279 000 élèves en situation de handicap.

Le développement de l’information aux familles L’information des familles est renforcée afin de simplifier leurs démarches et de favoriser une prise en charge adaptée de leurs enfants. Le site du ministère1 et le numéro Aide handicap École (0 810 55 55 00) guident les familles : pour inscrire des enfants dans l’école ou l’établissement de secteur ; •  pour définir, avec la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH), le scénario de scolarisation le mieux adapté à la situation de l’enfant.

 

La scolarisation des élèves en situation de handicap est une priorité du président de la République et du Gouvernement. Avec le secrétariat d’État chargé des Personnes handicapées, l’éducation nationale porte une attention toute particulière à cette question.  La scolarisation de tous les enfants, quel que soit leur handicap, est un droit garanti par la loi du 11 février 2005, pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.  Le nombre d’élèves en situation de handicap accueillis augmente chaque année depuis 2006.  Grâce au partenariat renforcé entre les structures spécialisées et l’École et grâce à l’amélioration de l’encadrement, les parcours des enfants en situation de handicap se diversifient et s’allongent à l’École.

 

Pour mettre en place le projet personnalisé de scolarisation (PPS). Il détermine si la scolarisation est individuelle ou collective, en milieu ordinaire ou en établissement médico social, si elle nécessite des aménagements ou des matériels particuliers et si elle requiert l’accompagnement d’un auxiliaire de vie scolaire. Les familles sont associées ainsi que le professeur référent.

Le renforcement de l’accompagnement humain Les personnels chargés de l’aide humaine auprès des élèves en situation de handicap ont pour mission de favoriser l’autonomie de l’élève, qu’ils interviennent au titre de l’aide humaine individuelle, de l’aide humaine mutualisée ou de l’accompagnement collectif. Deux catégories de personnels remplissent cette mission d’accompagnement des élèves en situation de handicap : -    les AESH, personnels sous contrat de droit public, recrutés sur critères de qualification professionnelle (ou par transformation d’un contrat unique d’insertion sur critères d’ancienneté) ; -   les agents engagés par contrat unique d’insertion-contrat d’accompagnement dans l’emploi (CUI-CAE), sous contrat de droit privé régi par le Code du travail.

À la rentrée, non seulement les CUI-CAE destinés au soutien des enfants en situation de handicap sont maintenus, mais une partie non négligeable est transformée en AESH afin de pérenniser ces emplois. Les AESH peuvent également s’engager dans une démarche de validation des acquis de l’expérience (VAE) débouchant sur le diplôme d’État d’accompagnant éducatif et social, créé par le décret du 29 janvier 2016.

À la rentrée 2016, le nombre total d’accompagnants était de 53 394 ETP. À la rentrée 2017, le nombre total d’accompagnements est de 61 462 ETP.

8 068 emplois sont donc créés pour accueillir plus d’enfants et améliorer les conditions de leur scolarité.

Les établissements spécialisés

Les unités localisées pour l’inclusion scolaire (Ulis) sont implantées dans les écoles, les collèges et les lycées et permettent la scolarisation d’un petit groupe d’élèves. Le nombre de dispositifs Ulis est de 8 354 à la rentrée 2016 (4 784 Ulis école, 2 903 Ulis collège et 667 Ulis lycée). 96 108 élèves en bénéficient.

Plus de 100 000 enfants, adolescents ou jeunes adultes restent éloignés de l’École en raison de la maladie ou du handicap. Ils sont scolarisés dans des unités d’enseignement (UE) au sein des établissements spécialisés. Afin de faciliter leur scolarisation, les établissements scolaires accueillent de plus en plus d’unités d’enseignement rattachées aux établissements médicosociaux.

 

Avec le 4e plan autisme lancé par le Président de la République, le 6 juillet 2017, l’accueil des élèves avec troubles du spectre autistique (TSA) constitue une priorité. Le 3e plan autisme (2013-2017) a permis la création de 112 UE en classes maternelles, scolarisant en moyenne sept élèves à temps plein, pour améliorer l’inclusion scolaire de ces enfants dès la petite enfance. Cette scolarisation s’appuie sur le déploiement d’interventions précoces, personnalisées et coordonnées telles que recommandées par la Haute autorité de santé (HAS). Dans le cadre du 4e plan autisme, un groupe de travail portera spécifiquement sur l’axe scolarisation, de la maternelle à l’université, en concertation avec les familles, les associations et les collectivités territoriales.

La formation professionnelle des enseignants spécialisés, chargés d’éduquer et d’accompagner les élèves souffrant de troubles du comportement ou de handicaps, a été rénovée en 2017. Les dispositions de la circulaire du 14 février 2017 relative à la formation professionnelle spécialisée et au certificat d’aptitude professionnelle aux pratiques de l’éducation inclusive (Cappei) entrent en vigueur à la rentrée scolaire 2017. Elles précisent les modalités d’application et les contenus pédagogiques des modules de formation. Cette nouvelle formation s’adresse désormais aux professeurs du premier comme du second degré.

Les outils numériques proposent des réponses personnalisées et efficaces aux besoins éducatifs particuliers des élèves en situation de handicap, leur permettant de suivre une scolarité la plus proche possible de celles des autres élèves. En effet, l’évolution des supports mobiles et tactiles ouvre de nouvelles perspectives pour l’inclusion des élèves handicapés.

Le ministère de l’Éducation nationale soutient, en étroite concertation avec le secrétariat d’État chargé des Personnes handicapées, le développement de nombreuses ressources numériques adaptées, accessibles aux élèves à besoins spécifiques et couvrant les différents champs du handicap. 

Des expérimentations sont en cours : • ClisTab2 étudie l’intérêt du numérique pour les élèves porteurs d’autisme ; •  le cartable connecté s’attache à faciliter le suivi de la scolarisation des élèves  hospitalisés ; •  OrDYSlexie vise à améliorer le quotidien des élèves porteurs de DYS (dyslexie, dyscalculie, dysgraphie, dysorthographie, trouble des habilités manuelles, dysphasie, dysgnosie, etc.) en les rendant plus autonomes.

Par ailleurs, de nombreux parcours de formation à distance existant sur le site M@gistère2 permettent de former des enseignants non spécialisés à l’accueil de ces élèves dans leurs classes

Photo de Metro Centric Flickr sous licence Creative Commons By 2.0

Catégories: Actualité handicap

Rentrée : 8000 emplois supplémentaires pour accompagner les élèves en situation de handicap

29 août, 2017 - 09:43

« La scolarisation des élèves en situation de handicap à l’école et leur accompagnement constituent une priorité absolue » affirment les deux ministres et rappellent que « Le Président de la République s’est engagé à ce que chaque élève en situation de handicap puisse bénéficier d’un accompagnement. »

Le gouvernement indique que « Cette promesse sera tenue dès la rentrée 2017, grâce à la mobilisation par l’Éducation nationale de plus de 80 000 accompagnants (50 000 contrats aidés, 22 000 AESH et 8 000 nouveaux emplois d’AESH créés à cette rentrée).

Dans un communiqué publié samedi Jean-Michel Blanquer, Ministre de l’Education et Sophie Cluzel, Secrétaire d’Etat chargée des personnes handicapées précisent que « pour cette rentrée 2017, ce sont donc 8 068 emplois supplémentaires qui sont créés par rapport à la rentrée 2016 afin de couvrir l’ensemble des besoins et mieux accompagner les élèves en situation de handicap. Pour l’année scolaire 2017-2018, 164 000 élèves en situation de handicap sont concernés, ce qui représente une progression de 12% par rapport à la rentrée 2016. »

Le gouvernement se veut rassurant : depuis quelques jours les associations avaient exprimé leur inquiétude.

Crédit photo : Frédéric Bisson Flickr sous licence Creative Commons BY 2.0

Catégories: Actualité handicap