Vivre FM

Syndiquer le contenu Vivre FM - Infos
Les dernières informations de votre radio Vivre FM
Mis à jour : il y a 3 jours 10 heures

Une ascension du Mont Blanc au bénéfice du sport pour tous

17 juin, 2017 - 06:00

Le 26 juin prochain le drapeau de l’association Assap 77 sport pour tous va flotter au sommet du Mont Blanc. Cet événement viendra couronner une ascension de cinq jours, menée par cinq personnes, ASSAP 77 a été créée en Seine et Marne par des sapeurs pompiers. Depuis 2014 ils proposent des activités sportives à des personnes handicapées : des marathons, des triathlons… L’association s’est inspirée des « iron man américain » qui sont des ultra triathlons : nage, vélo, course à pied. Le principe est le suivant : Les pompiers font du sport, pourquoi ne pas partager cela avec des personnes handicapées ? Julien Idalghi, président d’Assap 77 Sport pour tous :

Un financement en fonction du succès

L’association a décidé d’accomplir un "challenge entreprise", pour sa promotion et son financement. Le partenaire est la société Socateb qui finance cette aventure, quatre des alpinistes sont à la fois des salariés du groupe et des membres de l’association.

Socateb fournit un soutien financier de base de 5 000 euros et ajoutera de l’argent en fonction du succès de l’expédition. De quoi motiver les cinq grimpeurs de l’extrême.

Catégories: Actualité handicap

Handivol propose une initiation à l'aviation de loisir

16 juin, 2017 - 13:20

Envie de prendre de la hauteur ? Participez à Handivol ! C'est une initiation à l'aviation de loisir. Le président de l'ARAM, Jean-Christian Poutiers, organisateur de l'événement, est atteint d'une maladie dégénérative. Elle provoque une perte progressive de l'ouïe et de la vue. Autrefois grand voyageur, cet ancien archéologue de 68 ans a toujours aimé prendre l'avion. Aujourd'hui, même lourdement handicapé, il va jusqu'à partager les commandes de ses avions. À travers cet événement, il souhaite partager sa passion et les sensations qu'il évoque ici.

Handivol se déroule à l'aérodrome des Mureaux dans les Yvelines, ce samedi 17 Juin 2017. Il reste une vingtaine de places disponibles. Pour réserver, contactez l'Association Régionale des Aveugles et Malvoyants d'Île-de-France à l'adresse suivante aramsecretariat@gmail.com

 

Catégories: Actualité handicap

Une mère porte plainte contre une enseignante qui a giflé son fils handicapé

16 juin, 2017 - 10:37

L’élève est reconnu par la Maison Départementale des Personnes Handicapées (MDPH). La plainte utilise la qualification de « violences sur mineur par personne ayant autorité ».


« Nous allons recevoir la famille et entendre l’enseignante afin de bien comprendre ce qu’il s’est passé avant de décider quoi que ce soit vis-à-vis de ce professeur des écoles » a déclaré François-Xavier Pestel, directeur académique des services de l’éducation nationale de Tarn-et-Garonne. L’audition de l’enseignante, dont la date n’est pas encore connue, décidera d’une éventuelle sanction.

Catégories: Actualité handicap

Un documentaire qui montre le grand handicap

16 juin, 2017 - 10:30

Immersion dans le quotidien d'un établissement spécialisé

Des soins aux activités sportives, des cours pour ceux qui se présentent au brevet des collèges en passant par l'accompagnement dans la vie ordinaire le film suit le quotidien des jeunes accompagnés par cette institution. La caméra capte des instants en salle de classe où les mathématiques posent parfois problème à certain, elle se retrouve aussi au dessus d'un jeune homme à qui on applique une sonde. Séquence assez joyeuse lorsqu'un jeune homme cuisine des crèpes grâce à une recette dont il a le secret.  En toile de fond de ce film en immersion, les jeunes questionnent : "Alors voila, notre handicap, il est là, maintenant qu'est-ce qu'on fait ?"

Une histoire qui commence en juin 2016

Grégoire Gosset et Loïc Wibaux, deux réalisateurs de documentaires ont eu carte blanche pour entrer avec leurs caméras dans le Centre Médico-Social Lecourbe . Ils filment la vie quotidienne de jeunes gens lourdement handicapés durant plusieurs mois. Pourtant, les deux auteurs expliquent avoir eu "beaucoup d'appréhension avant de commencer ce projet". Finalement, ils retiennent de ce tournage "des souvenirs inoubliables de rencontres". Ils sont unanimes, cette expérience permet de "relativiser la situation d'une personne valide".

Le Centre Medico Social-Lecourbe - Fondation Saint Jean de Dieu

La Fondation Saint Jean de Dieu est vieille de 150 ans. Elle gère des établissements partout en France. Le Centre Lecourbe accueille aujoud'hui 196 enfants, adolescents et adultes polyhandicapés ou handicapés moteurs. Pour la directrice du lieu, "ce film est une profession de foi pour une socité plus inclusive, plus fraternelle, lucide sur l'universelle vulénaribilité du métier d'homme"

Le film est disponible ici :

Catégories: Actualité handicap

Le Festival International du Film sur le Handicap, bientôt un para-festival de Cannes ?

15 juin, 2017 - 17:00

« Avec le cinéma, on parle de tout, on arrive à tout » selon Jean-Luc Godard. La fondatrice du Festival International du Film sur le Handicap (FIFH) Katia Martin-Maresco et les autres organisateurs comptent utiliser le pouvoir des images pour briser les barrières psychologiques et promouvoir la différence.


Les sujets abordés dans les courts-métrages et les longs-métrages sont larges : un photographe japonais sourd, un homme amputé participant aux 24 heures du Mans, une psychiatre brésilienne refusant de recourir aux lobotomies et aux électrochocs… L’objectif du festival est multiple : diffuser des films de qualité auprès du grand public, mais aussi plaider pour une meilleure accessibilité aux films (ex : audiodescriptions même pour les réalisations à petit budget) et « démocratiser le handicap »  (ex : meilleure considération des acteurs en situation de handicap lors des castings).


Le festival dispose de nombreux partenariats : Handicap International, des écoles de cinéma, des écoles de la deuxième chance, des établissements de service d’aide par le travail (ESAT)… Grâce à des échanges et des cartes blanches, des films du FIFH ont été diffusés dans des festivals hors de France, et de l’autre côté, un coup de projecteur sera cet année donné sur les Etats-Unis.


Le festival aura lieu à l’espace Miramar de Cannes du 15 au 20 septembre 2017. Il sera suivi à l’automne 2017 d’un Tour Festival qui permettra aux habitants de Marseille, Lyon, Paris et de Montpellier de visionner une sélection de films. Le FIFH pourrait être à terme officiellement lié avec le célèbre festival de Cannes.

Catégories: Actualité handicap

Une conférence sur la sexualité pour tous

15 juin, 2017 - 15:45

 

La psychanalyste et romancière Laurie Laufer écrit « Les hommes savent lire une carte routière, les femmes n'ont pas le sens de l'orientation. Les hommes sont endurants et persévérants, les femmes douces et attentionnées. Les hommes savent, les femmes ressentent : tels sont ce que les discours courants et les spots publicitaires véhiculent et transmettent comme une vérité ou une évidence. On pourrait faire une liste infinie de ces normes de genre et de ces stéréotypes qui différencient les femmes des hommes, les filles des garçons et ce, sans aucune remise en question, ni mise en perspective et encore moins d'analyse des effets de pouvoir et de contrôle qu'ils impliquent.

Mais les hommes et les femmes sont-ils à ce point différents ? Cette différence est-elle toujours perçue de la même façon par les sociétés et par les individus eux-mêmes ?

Quelle est la généalogie de la notion de genre ? Pourquoi cette notion épistémologique et méthodologique a t-elle suscité tant de réactions en France ? Quels enjeux sociaux et politiques les études de genre mettent-elle en perspective ? »

 

La Chaire UNESCO Santé sexuelle & Droits humains, dans le cadre du Pôle universitaire Paris Diderot, tiendra sa prochaine conférence gratuite et ouverte le vendredi 16 juin à 17h.  

Cette conférence sera suivie d'un débat avec le public et d'un cocktail.

 

Au cours de l'année 2017, plusieurs conférences sont prévues. Chacun de leurs thèmes ont été choisis au regard des 17 objectifs de développement durable du Programme des Nations Unies à l'horizon 2030, en particulier l'objectif 3 qui vise une vie en bonne santé pour tous et à tout âge, grâce notamment à un accès égal aux services de soins de santé sexuelle et procréative (planification familiale, information et éducation à la santé sexuelle), et l'objectif 5 qui vise l'égalité des sexes et l'autonomisation des femmes et des filles. 

Inscription gratuite sur le site de la Chaire UNESCO www.santesexuelle-droitshumains.org

Lieu : Université Paris Diderot, Amphi A1 : Halle aux farines Hall C, rez de chaussée. 16 rue Françoise Dolto. Paris 13ème. Métro : Bibliothèque François Mitterrand

Innover en pédagogie et éducation en matière de santé sexuelle et de sexualité humaine

 

Les conférences « santé sexuelle pour tous »

pour promouvoir une santé sexuelle positive

dans le respect des droits humains en 90 minutes !

 

Rencontrez le Pr Laurie Laufer lors de la 6ème conférence

le vendredi 16 juin de 17h à 19h30

 

QU'EST-CE QUE LE GENRE ?

Catégories: Actualité handicap

Un documentaire sur Gilbert Montagné actuellement en tournage

15 juin, 2017 - 10:49

Dis-moi ce que tu vois est le titre provisoire d’un documentaire. Cette œuvre se fixe comme objectif de montrer comment Gilbert Montagné a réussi à dépasser son handicap de malvoyant pour construire son parcours de chanteur et d'acteur de la vie civile.

Le chanteur est à l'origine de quelques petites révolutions en matière d’inclusion pour les personnes non-voyantes : l'audiodescription, les arrêts de bus sonores, la touche audio sur les claviers des distributeurs de billets et depuis 2007 un rapport ministériel sur le handicap visuel pour lequel il continue à se battre et à interpeller les politiques.

L’Allier, la cuisine et la scène

Les premières séquences du documentaire ont été tournées dans l'Allier à Saint-Léon dans le village de sa grand-mère, là où en écoutant le chant des oiseaux il a écrit son tube The Fool.

Avec son copain Lulu, ils nous font découvrir l'Allier en 2 CV et partager leurs souvenirs de jeunesse.

Autre apparition remarquée à l’écran, celle de Michel Troisgros qui fait réaliser au chanteur un Sabayon de lapin. L’artiste apparaît également sur scène, on le voit le 9 juin dernier lors de son concert à Rungis.

Catégories: Actualité handicap

Une mère et une soeur d' enfant handicapé entament une grève de la faim

15 juin, 2017 - 10:27

Il y a une semaine, deux mères d'enfants en situation de handicap montaient en haut d'une grue à Strasbourg pour faire entendre leur ras-le-bol. Lundi, une maman d'un enfant handicapé entamera une grève de la faim place de la République à Paris.

Soutenue par différentes associations (Handi'gnez vous !, Autisme - écoute et partage et Dys'solution France) réunies au sein du Collectif "Emilie handicap", une lettre ouverte a été envoyé à Emmanuel Macron. Le collectif accompagne ces familles depuis plusieurs mois, mais leurs problèmes ne sont toujours pas résolus. Les exemples d’enfants handicapés n’ayant pas de places ou de solutions adaptées à leur handicap sont nombreux affirme de courrier au chef de l'état. C’est le cas de Morgan, jeune autiste de 23 ans, Romain, jeune autiste de 15 ans, Donovan en situation de handicap grave et de Lucas enfant autiste de 3 ans.

Touché par l'action de cette maman, le collectif a décidé d’entamer lui aussi une grève de la faim solidaire en soutien à ces familles qui se heuretent à "des portes closes" et à la "chape de plomb" du gouvernement. Ainsi, des membres du collectif vont jeuner à tour de rôle.

Ce sera Céline Boussié, qui était encore dimanche dernier candidate aux élections législatives à Agen pour la France Insoumise qui débutera cette grève de la faim solidaire.

 

Catégories: Actualité handicap

« RDV avec les orthèses » : retour sur un dispositif médical en constante évolution

14 juin, 2017 - 13:13

La conférence « RDV avec les orthèses » organisée par la SNITEM (Syndicat National de l’Industrie des Technologies Médicales) était l’occasion pour des praticiens de présenter divers appareillages médicaux à l’usage des patients. A la différence des prothèses, qui remplacent un membre absent, les orthèses ne font que suppléer une partie du corps déficiente. Il s’agit par exemple de semelles orthopédiques, de ceintures lombaires, de plâtres…


Déjà régulièrement utilisées au Moyen-âge, les orthèses ont aujourd’hui pleinement leur place dans la prise en charge thérapeutique des patients. Entre temps, elles se sont largement diversifiées : il existe actuellement 17 types d’orthèses différentes rien que pour le maintien du dos ! Malgré cela, elles restent relativement mystérieuses aux yeux du grand public, accusées à tort de faire fondre les muscles là où elles sont portées par exemple.


Philippe Thoumie est chef du service de rééducation neuro-orthopédique de l’hôpital Rothschild. Interrogé par Louis Leroy, il explique l’intérêt des orthèses.

 


Isabelle Brock est atteinte d’une maladie rare, le syndrome d’Ehlers-Danlos type hypermobile. Il s’agit d’une pathologie du tissu conjonctif et des articulations, ce qui trouble sa proprioception (perception du corps), cause des luxations et crée une fatigue musculaire. Elle porte aujourd’hui des vêtements compressifs et un exosquelette qui corrigent les symptômes. Elle raconte comment cet appareillage a amélioré son quotidien.

 


Les orthèses sont pour la plupart remboursées par la Sécurité Sociale, avec un reste à charge variable selon les cas. Alternatives aux traitements chirurgical ou pharmacologique, elles sont amenées à prendre de l’importance dans les années à venir, notamment dans le cas des maladies rares.

Catégories: Actualité handicap

Deux français remportent Roland-Garros : pas un mot dans les médias

14 juin, 2017 - 12:28

« L’Equipe ne leur a même pas consacré un article, mais juste un entrefilet », c’est le coup de gueule d’un internaute qui a enflammé le réseau social facebook en ce début de semaine.

 

Alors que le tournoi de tennis Roland-Garros s’est achevé dimanche dernier, la victoire de deux français est passée inaperçu. Stéphane Houdet et Nicolas Peifer, champions paralympiques à Rio, ont remporté samedi 10 juin la finale double en fauteuil à Roland-Garros.

 

Aucune couverture médiatique

 

L’internaute est scandalisé que le média sportif l’Equipe ne leur accorde qu'une trentaine de mots. Il accuse également le service public France Télévision de n’avoir « diffusé aucun de leurs matches mais seulement une séquence d’une cinquantaine de secondes ».  

 

 

Alors que tout les français ont été éliminés dès la première semaine du tournoi, la victoire de ces deux sportifs handisports était attendue. Stéphane Houdet et Nicolas Peifer sont actuellement en tête du classement mondial de leur discipline. Ils avaient ramené une médaille d’or des Jeux Olympiques de Rio.

 

De son côté, interrogé par le Huffington Post, le champion Nicolas Peifer est lui aussi déçu que les médias ne se soient pas plus intéressés à leur victoire. Le coup de gueule de l’internaute Stéphane Girard est « le genre de choses dont les joueurs de tennis handisport ont besoin » selon l’athlète.

 

Ne manquant pas d’humour, le post a été partagé plus de 221 000 fois sur Facebook.

Catégories: Actualité handicap

Appel à candidatures pour le festival de films Regards Croisés

13 juin, 2017 - 11:44

« Le handicap n’empêche pas le talent » : c’est la devise du festival Regards Croisés, un événement créé par L’Hippocampe en 2009 pour sensibiliser les dirigeants d’entreprises et montrer que le handicap est compatible avec le monde du travail.  Toute entreprise, en particulier les ESAT (Etablissements et Services d’Aide par le Travail) et les EA (Entreprises Adaptées), est invitée à créer un court-métrage de 6 minutes maximum. Les participations individuelles sont aussi les bienvenues.

Les films sont classés en quatre catégories selon ce que le film met en scène : « milieu protégé » pour le travail dans une ESAT ou une EA ; « milieu ordinaire » pour les autres lieux de travail ; « communication d’entreprise » pour le cadre de l’entreprise en général ; enfin, « autres regards » pour les films ne rentrant pas dans ces catégories.


Pour vous inscrire, remplissez le formulaire en ligne à l’adresse suivante avant le 20 septembre : http://www.festivalregardscroises.com/le-festival/proposez-votre-film/


Il sera ensuite possible d’aller visionner la cinquantaine de films sélectionnés à Saint Malo lors de la dernière journée du festival, le 10 novembre.


La rédaction de Vivre FM souhaite bonne chance à tous les participants !

Catégories: Actualité handicap

L’ITEP de Combourg fête ses 20 ans

12 juin, 2017 - 15:48

« Tu finiras en prison », ce sont les phrases qu’ont entendu certains de ces jeunes lorsqu’ils étaient à l’école, avant d’intégrer l’Institut thérapeutique, éducatif et pédagogique de Combourg. Ouvert en 1997, il accueille des jeunes ayant des troubles du comportement qui les empêchent de suivre une scolarité classique.

Le 10 juin, pour fêter ses 20 ans, l’Institut a fait revenir dans ses locaux des anciens élèves qui se sont remémorés ces années passées dans cet établissement. Educateurs, parents d’élèves et élèves se sont retrouvés autour de trois tables rondes pour retracer le parcours de ces « anciens jeunes » qui sont passés à un moment par ce « petit univers séparé du reste du monde » qu’est l’ITEP de Combourg.  

                                               

« J’ai fait le con à l’école » Dylan, 15 ans

 

On n’arrive pas en ITEP par hasard. Les jeunes qui arrivent dans ce type d’établissement souffrent de troubles du comportement. Cela peut s’exprimer de différentes manières en prenant la forme d’insultes à l’encontre des professeurs, de violence, ou de bavardages continuels pendant les cours.

Dylan a 15 ans. Il a intégré l’ITEP de Combourg il y a 2 ans. Il avait des troubles comportementaux en cours de français. Il lançait sur les autres élèves des chaises et des tables. Il regrette aujourd’hui : « j’ai fait le con à l’école et je me suis fait virer de l’école ».

Les directeurs d’établissements scolaires et les professeurs sont bien souvent désemparés face à ces jeunes difficilement contrôlables. Les parents des autres élèves se regroupent parfois pour virer des établissements ces enfants qui « foutent le bordel ». C’est ce qui est arrivé à Jérémie. Agé de 24 ans aujourd’hui, il se souvient de l’enfant violent qu’il a été à l’âge de 7 ans : « Les parents d’élèves ne voulaient plus de moi à l’école. Ils ont fait une pétition contre moi. Mes parents ont eu le choix entre m’envoyer devant le juge pour enfant, ou sinon en ITEP ».


 

Dans ces cas, la solution est d’intégrer un ITEP. Mais Isabelle, maman d’un enfant qui est passé dans un ITEP, regrette-le manque de communication sur l’existence de ce type d’établissement et le manque de places : « On n’est pas assez mis au courant des solutions possibles pour les enfants difficiles. La directrice voulait envoyer mon fils en ITEP, j’étais d’accord, mais il n’y a pas de place. J’ai attendu deux ans ».

 

« A 9 ans, c’est dur de quitter la maison, même si ça s’y passe mal » Anthony, 30 ans

 

En internat du lundi au samedi, la vie de ces jeunes changent totalement lorsqu’ils intègrent un ITEP. En classe de 9 élèves maximums, les éducateurs essayent de les intéresser à travers des sorties ou des ateliers. Pour Anthony, « un ancien de l’ITEP », cet établissement  est « un petit univers séparé du reste du monde ». Jérémie a beaucoup apprécié les travaux manuels que les éducateurs lui proposaient : « je me souviens d’avoir fait de la petite menuiserie : une épée et un bouclier en bois ».



Evidemment, la séparation avec la famille s’avère souvent difficile. Autant pour les enfants qui se sentent « trahis » que pour les parents qui se retrouvent obliger de « déléguer l’éducation de leur enfant à d’autres personnes ». Mais le but de cette séparation est de réinstaurer un climat de confiance entre les enfants et les adultes. Tous l’affirment : lors de leur arrivé à l’ITEP, ils détestaient les éducateurs. Finalement, après quelques jours, ils « découvrent chez les éducateurs une autorité bienveillante » et deviennent très proche d’eux comme ce fut le cas pour Anthony et Tommy qui en gardent d’excellents souvenirs.

 

« Je suis fier de ce que je suis devenu » Alexandre, 30 ans

 

10 ans, 15 ans, ou 20 ans après, ces jeunes qui sont devenus des hommes, sont fiers de ce qu’ils sont maintenant. C’est le cas d’Alexandre : « J’étais très violent, très insultant, je faisais ma petite loi, je tapais tout le monde, j’avais 10 ans. Aujourd’hui j’en ai 32, je suis installé à mon compte en peinture et j’ai un petit garçon. Je suis épanoui ».



Aurélien, lui, est passé par "la case prison" à un moment de sa vie. Mais, le fait de se remémorer son parcours au sein de l’ITEP lui a permi de s’en sortir. Tout cela lui parait très loin, lui qui est dorénavant tailleur de pierre à son propre compte.

Mais le soulagement et la fierté sont également chez les parents. Isabelle, la maman d’un jeune qui est passé par l’ITEP de Combourg, a aujourd’hui « un super gamin » dont elle est très fière.


L'intégralité des trois tables rondes est à retrouver ici, ici, et ici.

Catégories: Actualité handicap

Les candidats handicapés aux législatives, résultats du premier tour

11 juin, 2017 - 20:35

10h50 Thomas Calvifiori éliminé dans les Alpes-Maritimes

Le candidat de La France Debout ! obtient 0,77 % à Nice dans la première circonscription des Alpes-Maritimes. Le député sortant Eric Ciotti (Les Républicains) arrive en tête avec 35 % talonné par Caroline Reverso-Meinietti (La République en marche) à 32,4 %.

10h05 Céline Boussié éliminée dans le Lot-et-Garonne

La présidente de l’association Handignez-vous, qui a porté les couleurs de la France Insoumise, termine le premier tour à la quatrième place avec 11,50% des voix. Elle est devancée par les candidats d’En Marche et de l’UDI, qualifiés pour le deuxième tour, et par le Front National.

10h05 - Laura-Julia Fiquet éliminée dans le Calvados

La candidate suppléante et son collistier Jérôme Hommais sans étiquette obtiennent 1,9 % dans la 2e circonscription du Calvados, malgré dit-elle " les propositions concrêtes de son programme ", face au candidat de La République en marche Eric Halphen et la députée sortante socialiste. Laura -Julia Fiquet se dit malgré tout contente de cette première expérience qui lui a permis d'introduire le thème du handicap dans la campagne. L'ancien juge Eric Halphen arrive en tête avec 34,3 % suivi de la socialiste Laurence Dumont qui est à 20,4 %.

9h50 Joëlle de Corte éliminée dans la Charente-Maritime

La candidate écologiste indépendante atteinte d'une maladie de Charcot-Marie-Tooth a obtenu 0,93% des suffrages exprimés dans la 3e circonscription de la Charente-Maritime, où s’affronteront au second tour les candidats de La République En Marche et des Républicains.

8h40 Julien Delamorte éliminé dans la Gironde

Julien Delamorte, candidat de Debout la France, est battu au premier tour dans la dixième circonscription de la Gironde en recueillant 1,16% des suffrages exprimés. Sur le thème du handicap, présenté comme une priorité pour Emmanuel Macron, il attend des actes « à la hauteur des paroles » car « cela fait trop longtemps que les personnes en situation de handicap vivent dans la discrimination ».

8h20 Marie-Laure Darigade reste optimiste malgré son élimination

Marie-Laure Darigade, candidate malheureuse de la France Insoumise dans l’Oise, dit avoir mené une campagne « très riche, très dynamique » et parle d’ « amplifier les choses » pour la suite. La France Insoumise compte créer une commission pour le handicap afin de porter la question à l’Assemblée nationale.

8h10 Matthieu Annereau confiant pour le second tour

Le suppléant non-voyant d’Anne-France Brunet, ancien secrétaire national chargé du handicap pour les Républicains, qualifie son score de 38,6% « très encourageant » pour dimanche prochain et annonce sa volonté de « mettre fin aux clivages politiques stériles ». Le PS étant éliminé, il affrontera Martine Gourdon, candidate de la France Insoumise, qui a quant à elle obtenu 16,7% des voix.

22h55 Anne-France Brunet et Matthieu Annereau obtiennent 40,24 % dans la Loire-Atlantique

L'ancien Républicain candidat suppléant dans la 3e circonscription de la Loire-Atlantique arrive en tête avec Anne-France Brunet. Le duo réalise un bon score dans l'ancien fief de Jean-Marc Ayrault.

22h00 Ségolène Neuville éliminée dans les Pyrénées orientales

L'ancienne secrétaire d'Etat en charge des personnes handicapées est arrivée troisième derrière les candidats de La République en marche et du Front national. Ségolène Neuville, candidate sous les couleurs du Parti socialiste a recueilli 15,68 % des voix, un score insuffisant pour se qualifier pour le second tour.

22h30 Ryadh Sallem éliminé à Paris

Le handibasketteur obtient 9 % des bulletins dépouillés dans la 10e circonscription de Paris. Le candidat soutenu par le Parti socialiste estime avoir fait " une belle campagne ", il pense être troisième ou quatrième. Anne-Christine Lang, une ancienne socialiste qui a rallié La République En Marche est arrivée en tête.

21h39 - Damien Abad en tête dans la 5ème de l'Ain

Damien Abad arrive en tête avec 35% des suffrages exprimées contre 25.1 pour Hélène de Meire (LREM). (Chiffres France Télévisions) Le seul député handicapé sortant est donc bien placé pour le second tour. S'il est élu la semaine prochaine, il devra renoncer à la Présidence du Conseil Départemental de l'Ain.

20h45 - David Guillemet éliminé dans le Morbihan

L'agriculteur biologique estime qu'il est troisième ou quatrième derrière La République en marche et l'UDI dans la 6e circonscription du Morbihan, sous les couleurs de la France insoumise. Le candidat se dit fier qu'un homme politique handicapé (David Guillement présente une forme d'autisme) soit " capable de tenir la dragée haute " aux grand partis et considère que " la dynamique insoumise est loin d'être dépassée ".

20h27 - Marie-Laure Darrigade éliminée dans l'Oise

Marie-Laure Darrigade obtient 8,83 % des voix sur 58 % des bulletins dépouillés. Le second tour pourrait opposer le candidat de La République en marche à celui des Républicains. Celle qui a été responsable des questions de handicap de Jean-Luc Mélenchon est donc éliminée.

20h11 - Marie-Anne Montchamp : "le choix de la refondation"

L'ancienne ministre en charge du handicap de Nicolas Sarkozy, raliée à Emmanuel Macron, twitte : "Les Français confirment leur choix de la refondatoin en donnant une majorité au Président Macron."

Marie Anne Montchamp Le choix de la refondation

Catégories: Actualité handicap

Grande enquête nationale sur la paralysie cérébrale

11 juin, 2017 - 06:00

Des difficultés pour parler et pour se déplacer, c’est ce dont souffrent les personnes en situation de paralysie cérébrale. Ces handicaps moteurs laissent parfois penser qu’ils sont accompagnés d’un handicap mental. Pourtant, ce n’est pas le cas.

Maria Bodoria, chargée des questions de santé pour la Fondation Paralysie cérébrale, se bat pour un meilleur accompagnement des personnes en situation de paralysie cérébrale, et pour une meilleure connaissance de ce handicap de la part du grand public.  

Contrairement à ce que l’on peut penser de prime abord, les personnes atteintes de paralysie cérébrale disposent de toutes leurs capacités intellectuelles et mentales, comme le souligne le docteur Maria Bodoria : « cette difficulté de parler est liée à un problème moteur mais pour les gens qui entendent, elle peut faire penser qu’il y a un déficit intellectuel alors que ce n’est absolument pas le cas, c’est seulement un problème d’élocution. D’où l’importance de la rééducation ».

 

Un handicap indétectable avant la naissance

 

Méconnue, la paralysie cérébrale concerne pourtant 125 000 personnes en France. Toute les cinq heures, un enfant atteint de ce type de handicap nait, c’est le premier handicap moteur chez l’enfant.

Le problème de ce handicap est que l’on ne peut pas le détecter avant la naissance. Il peut apparaitre suite à des complications lors de l’accouchement. Mais on constate la paralysie cérébrale seulement à l’âge de 18 mois à 2 ans. « On a besoin que l’enfant commence à marcher, et c’est là qu’en général on se rend compte qu’il y a un retard. Mais ce type de handicap n’empêche pas un parcours scolaire ». De ce fait, pour que l’enfant puisse suivre une scolarité normale et que son handicap ne se dégrade pas, elle insiste sur « l’importance de la rééducation à entreprendre dès un âge précoce ».


 

Une rééducation continue nécessaire

 

Lorsque l’on est en situation de paralysie cérébrale, il est important de faire des séances de kinésithérapies régulièrement, car « le risque sont les enraidissements, et il est important de travailler l’élocution avec une orthophoniste ». Le docteur Maria Bodoria rappelle que cet accompagnement doit être présent tout au long de sa vie, la rééducation représente vraiment « un pilier de cette prise en charge ».




Mais le problème aujourd’hui est que toutes les personnes en situation de paralysie cérébrale n’ont pas accès à des soins de qualités. « Ils n’ont pas forcément dans leur environnement proche accès à un rééducateur spécialisé dans la paralysie cérébrale » car les troubles de ce type de handicap sont particuliers. Les thérapeutes ont donc besoin d’une connaissance spécifique de ces troubles pour pouvoir les appréhender correctement. « Ce n’est pas tout à fait la même chose de soigner une entorse après un match et de suivre une personne souffrant de paralysie cérébrale que l’on doit accompagner tout au long de sa vie ».  



 

Une enquête inédite en France

 

Face aux questions récurrentes des familles sur l’accès à une rééducation de qualité pour leurs enfants en situation de paralysie cérébrale, la Fondationparalysie cérébrale a décidé de faire une grande enquête nationale sur la vie quotidienne de ces personnes handicapées et leur accompagnement. « Cette enquête est spécifiquement sur les soins et la prise en charge de la rééducation motrice ». C'est la première fois qu'une enquête de ce type a lieu en France.

Le but de cette enquête est de faire un bilan des besoins, des difficultés et des attentes des personnes atteintes et faire remonter ces informations auprès des autorités de santé. Cela permettra ainsi une amélioration de la prise en charge.

 

Tout le monde peut participer à cette enquête. Il suffit de se rendre sur le site internet de la fondation et de remplir un formulaire anonyme.

Catégories: Actualité handicap

« Je fabrique des lits pour la Camif ! »

10 juin, 2017 - 06:00

Ce projet est le fruit d’un trio bien huilé : l’Esat, la Camif et bien-sûr les menuisiers de l’atelier

L'ESAT du Hameau à Pau travaille avec la Camif depuis très longtemps. A l'époque la Camif vendait du mobilier et du textile sur catalogue, c'était le troisième "VPCiste" de France. En 2009 l'entreprise est mise en liquiditation judiciaire. Peu de temps après, un entrepreneur du net décide de reprendre la Camif : Emery Jacquillat déjà à la tête de "Metelsom", un site d'achat de literie en ligne créé en 2000 alors qu'il vient d'être diplômé d'HEC. Il voit l'occasion d'y récupérer une base importantre de clients (les enseignants). Il transforme l'entreprise. Fini le catalogue papier, place à Camif.fr. Emery Jacquillat parie sur le local, les circuits courts, et la qualité des produits quitte à "être plus chers". Une déclaration choc :"je veux détroner Ikéa d'ici 2040". Il organise depuis quatre ans le "Tour du Made In France".

le PDG de Camif.fr et les travailleurs handicapés
Emery Jacquillat, PDG, au sein de l'atelier de menuiserie accompagné de travailleurs handicapés

L'entreprise travaille main dans la main avec cet ESAT du Hameau à Pau, et souhaite même développer d'autres partenariats.

Dévelepper plus de partenariats avec des ESAT !

Lors du reportage à Pau, plusieurs autres représentants d'ESAT étaient présents. L'objectif annoncé de la Camif est de développer le travail pour les personnes handicapées. Une démarche qui s'inscrit dans les valeurs de l'entreprise.

Anne Laurence, Directrice RSE de Camif lors d'un atelier de co-création
Anne Laurence, Directrice RSE en train de participer à un atelier de cco-création sur la récupération des chute de bois

C'est ce que nous a confié Anne Laurence, directrice RSE de l'entreprise :

La Camif et l'ESAT du Hameau, une histoire qui dure et ne s'arrêtera pas

Lorsqu'il a repris la Camif, Emery Jacquillat a souhaité pérenniser le partenariat et le développer. Aujourd'hui l'ESAT conçoit tout le mobilier pour la chambre et d'autres projets sont dans les post-its ! On le voit ici à Pau animer un atelier de co-création où clients, designers, travailleurs handicapés, moniteurs d'atelier de menuiserie réflechissent à d'autres meubles à produire.

Emery Jacquillat à l'ESAT du Hameau, en atelier de co-création
Le PDG, post-its en main en quête d'idées venues de ses clients et fournisseurs

Emery Jacquillat s'est confié sur la relation ESAT / Camif :

Anne Clavier, directrice d'ESAT engagée et vigilante

Anne Clavier est directrice de l'ESAT du Hameau depuis huit mois. Elle est très fière de ses équipes. Que ce soit les salariés de l'ESAT ou les travailleurs handicapés qui exercent différentes activités : espaces verts, restauration, mise sous pli, repassage et la grande fierté de l'ESAT, l'atelier de menuiserie où s'attèlent 48 travailleurs handicapés. Elle est fière de collaborer avec la Camif qui est un client important pour l'atelier de menuiserie. Cependant, elle reste vigilante car il fut un temps où la Camif n'allait pas fort. Mais depuis la reprise d'Emery Jacquillat et la nouvelle stratégie de vente en ligne, les affaires vont plutôt bien.


Anne Clavier directrice de l'ESAT et Emery Jacquillat

Anne Clavier, Directrice de l'ESAT et Emery Jacquillat, un duo très complémentaire

On écoute Anne Clavier, Directrice de l'ESAT du Hameau de Pau :

 

Un duo de jeunes designers créent un meuble pour malvoyants !

Lors de ce "Tour du Made in France", la Camif et l'ESAT du Hameau se sont aussi engagés dans une initiative innovante : faire appel à l'Ecole de Design des Landes pour réfléchir à un meuble destiné à des utilisateurs déficients visuels. Les deux jeunes qui se sont emparés du projet ont trouvé cela beaucoup plus intéressant et original de travailler sur une étagère "qui suit le parcours de la main de la personne malvoyante". Antoine Chagnon et Julie Biremont ont aussi trouvé enrichissant de s'investir pour le handicap. A l'inverse des conceptions plus classiques, créer pour une personne qui n'y voit pas c'est aussi "se mettre dans la peau de cette dernière". Une expérience aux antipodes des projets sur lesquels ils avaient pu travailler. Antoine Chagnon, désormais diplômé se destine au design dans le mobilier. Réfléchir à des meubles pour des porteurs d'autres handicaps "peut s'avérer intéressant". Ce dernier déclare : "pour moi, le meuble de demain c'est un meuble que l'on peut concevoir soi-même, en y ajoutant des modules".

Les jeunes designers de l'école de design des Landes

Les jeunes designers ont aussi participé à un atelier de co-création, en présence des clients fidèles, et des moniteurs/menuisiers

 

Antoine Chagnon, designer, feutre en main pour dessiner

 Antoine Chagnon, designer, feutre en main prêt à faire des propositions de meubles pour la Camif

"Je suis menuisier et pas travailleur handicapé"

Robert Vépert exerce dans l'atelier de menuiserie, sur une machine dangereuse. Il y glisse des planches de bois et les découpent à l'aide d'une disqueuse. Pour cet homme qui se déclare : "menuisier et non travailleur handicapé", le travail dans l'atelier est devenu une passion. Son handicap ? Des troubles de l'apprentissage lorsqu'il était plus jeune. Le parcours n'a pas été facile, mais aujourd'hui il sait lire, écrire et compter. Il est même en mesure de transmettre aux plus jeunes ses compétences. Evidemment, chaque travailleur handicapé est suivi, pour ne pas être affecté à des tâches qui ne seraient pas adaptées à ses capacités. Robert Vépert qui partira bientôt à la retraite est fier de former "les plus jeunes qui prendront la suite" (sous le regard attentif des moniteurs). La menuiserie, il l'a apprise d'abord avec son oncle, il s'est ensuite perfectionné à l'ESAT.

 

Robert Vépert, menuisier à l'atelier devant sa machine

Robert Vépert devant sa machine

 

Reportage réalisé à Pau, Esat du Hameau.

Catégories: Actualité handicap

Yingmi, des gants qui traduisent la langue des signes

9 juin, 2017 - 16:53

C’est un appareil qui traduit les gestes en texte. Le dispositif s’appelle Yingmi. Il s’agit d’une paire de gants équipés de différents capteurs, d’un gyroscope et d’un accéléromètre, qui permettent de reconnaître le mouvement des mains et de transmettre les données enregistrées via le réseau Bluetooth. Une application dédiée se charge de traduire l’information en texte. Dans un premier temps, cette application s’installe sur un téléphone et le texte s’affiche instanténement. Ces gants ont une autonomie de huit heures. Les concepteurs ont réussi un tour de force, celui de miniaturiser le boitier qui fait fonctionner le système.

Un système en chinois destiné à d’autres langues

Yingmi a vu le jour à Taiwan et a été dévoilé au salon technologique Computex à Taipeh entre le 30 mai et le 3 juin. La langue native de ce dispositif est le chinois, une langue très complexe qui peut ralentir le processus. Pour plus de fluidité, Yingmi Technology envisage d’utiliser le « cloud » afin d’alléger la tâche de l’application. Le fonctionnement devrait poser moins de difficultés quand le dispositif sera porté vers des langues étrangères.

Les gants Yingmi sont encore en phase d’élaboration, leur commercialisation ne devrait pas tarder et leur coût devrait se situer autour de 200 euros.

Catégories: Actualité handicap

Deux députés handicapés entrent au Parlement britannique

9 juin, 2017 - 14:33

C’est une femme, elle est noire et en plus, Marsha de Cordova est aveugle. C’est donc une candidate issue de la diversité qui représentera le Parti travailliste dans le quartier Battersea, situé au sud de la capitale  Avant son élection, cette élue locale  était représentante d’un autre quartier, celui de Lambeth à la mairie de Londres.

Elle a souhaité se présenter pour s’impliquer dans les discussions autour du handicap pour dit-elle faire tomber les barrières et permettre à ceux qui lui succèderont de ne plus connaître les mêmes difficultés qu’elle. C’est son principal objectif. Pour l’atteindre, elle s’appuiera sur son expérience concrète.

Jared O'Mara souhaite défendre le service public de la santé

Un autre député fraîchement élu est en situation de handicap, Jared O’Mara est un représentant du monde associatif, il a remporté l’élection à Sheffield, dans le quartier de Hallam, sous la bannière du Parti travailliste. Ce diplômé en journalisme de 35 ans travaille dans l’événementiel. Jusque là il était chargé des relations avec la presse pour une association de défense des droits des personnes handicapées.

Jared O'Mara, au centre de la photo

Il a aussi était directeur d’un lieu d’accueil et d’information à destination des personnes en situation de handicap, basé à Sheffiled.

Jared O’Mara souhaite profiter de son mandat pour défendre le service public de santé gravement touché par la crise économique. Il a réalisé la performance de battre Nick Clegg, chef du parti liberal democrate.

Catégories: Actualité handicap

Handicap, une des priorités du quinquennat

8 juin, 2017 - 10:01

Le compte-rendu officiel du conseil des ministres mentionne le lancement d’une concertation pour un quatrième plan autisme, prévue en juillet.

Le texte complet du Conseil des ministres du 7 juin

La secrétaire d’État chargée des personnes handicapées a présenté une communication intitulée « Handicap : une priorité du quinquennat ».

Le handicap est d’abord une histoire individuelle qui bouleverse le cours d’une vie, d’une fratrie, d’une famille. 12 millions de Français sur 65 millions sont touchés par le handicap.

Nous devons changer le regard de la société sur le handicap, vaincre les appréhensions et lever les obstacles. Nous devons relever le défi d’une société accessible, fraternelle et solidaire, qui facilite la vie au quotidien au lieu de segmenter, et qui rend possible au lieu de contraindre.

C’est cet objectif qui a guidé la décision de placer le secrétariat d’Etat chargé des personnes handicapées auprès du Premier ministre. Cette décision est le gage de la priorité que le Gouvernement entend donner à la réponse effective aux besoins des personnes en situation de handicap, quel que soit leur handicap et leur l’âge, dans l’ensemble des réformes qu’il mettra en œuvre.

Si le cadre législatif et réglementaire français est posé, il est complexe et génère trop de fonctionnement en silo. L’action du Gouvernement aura une boussole : partir des besoins individuels et de l’expertise des personnes en situation de handicap, ainsi que de leurs proches, pour bâtir des solutions collectives, et non l’inverse, en décloisonnant et simplifiant.

Elle se construira dans la concertation avec l'ensemble des acteurs et partenaires de cette politique, en particulier les collectivités territoriales, avec pour fil rouge la simplification de l'accès aux droits et l'amélioration de la qualité de service.

D’ores et déjà, le Gouvernement met tout en œuvre pour apporter des solutions garantissant une rentrée scolaire fluide pour les enfants concernés en septembre 2017. Parallèlement un chantier de rénovation de l’accompagnement sera lancé pour apporter des réponses aux ruptures de parcours : tous les enfants qui en ont besoin devront avoir accès à l’accompagnement adapté leur permettant une scolarité et un accès aux activités périscolaires ou extrascolaires comme les autres.

Pour mieux accompagner les personnes avec autisme, la concertation du 4ème plan « autisme » sera lancée le mois prochain.

Le Gouvernement définira rapidement les modalités de mise en œuvre de l’engagement du Président de la République de revaloriser l’allocation adulte handicapé de 100 euros par mois.

L’effort qui sera fait en faveur de l’apprentissage, ainsi que celui pour la formation des demandeurs d'emploi devront pleinement bénéficier aux personnes en situation de handicap. Il s’agit de deux clés pour favoriser leur accès à l’emploi, alors que leur taux de chômage reste plus du double de celui de la population active.

Cet effort devra être couplé avec une mobilisation accrue des différents acteurs des services publics de l’emploi et des employeurs. Des incitations à l’embauche des personnes handicapées, parmi lesquelles le déploiement effectif des services d'emploi accompagné, seront mises en œuvre afin de favoriser leur emploi effectif. L’embauche des personnes en situation de handicap ne doit plus être perçue comme une contrainte, mais comme une opportunité pour faire vivre la société du travail pour tous, voulue par le président de la République.

En matière de transports comme en matière de logement, c’est l’amélioration de la vie quotidienne de chacun qui doit être poursuivie. Ainsi, pour renforcer la mobilité, 100 % des trajets accessibles doivent être identifiés et cartographiés. Le plan d'investissement transports pourra être mobilisé en appui de l'amélioration de l'accessibilité.

De même, dans le champ du logement et de la construction, l’objectif d’accessibilité fixé par la loi n° 2005-102 du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées doit être réaffirmé. En outre, les logements adaptés doivent être systématiquement identifiés et l’accessibilité précisée pour faciliter les recherches. Le développement des habitats inclusifs doit être favorisé en levant les obstacles administratifs. Les bailleurs sociaux devront identifier les logements adaptés, et rendre cette liste transparente pour favoriser le logement des demandeurs en situation de handicap.

Le Gouvernement s’engage également pour l’accessibilité des services publics numériques pour tous. Il soutiendra également l’innovation technologique pour les personnes en situation de handicap.

Enfin, pour lutter contre l’usure sociale et la détresse des familles, il faut être particulièrement attentif aux conditions de travail des accompagnants et à la qualité de vie des aidants familiaux. Le Gouvernement s’attachera à mettre en œuvre les nouveaux droits annoncés par le Président de la République.

Le regard sur la personne handicapée, la reconnaissance de ses compétences, ne changera que si nous donnons toute sa place à la personne handicapée, et favorisons sa visibilité dans les médias. Les Jeux olympiques et paralympiques 2024 seront l'occasion de valoriser à leur juste niveau les compétences de nos athlètes paralympiques.

La politique du handicap du Gouvernement repose sur une responsabilité collective qui nous engage tous. Nous devons entrer dans une culture de l’efficacité et du résultat. Une société qui prend en compte les besoins des plus vulnérables se grandit.

Catégories: Actualité handicap

Des étudiants en design créent un meuble pour malvoyants

7 juin, 2017 - 16:26

Antoine Chagnon et Julie Biremont, duo de designers qui a prototypé une étagère pour malvoyants

Ils sont tout juste diplômés et pour leur projet de fin d’étude ils ont accepté de travailler sur un meuble pour déficients visuels. Ces deux jeunes de l’école de design des Landes ont trouvé beaucoup plus enrichissant de s’attaquer à la question du mobilier et du handicap. Antoine Chagnon a travaillé en binôme et explique qu'ils ont saisi l'opportunité qu'offrait le triple partenariat Camif/Esat/Ecole de Design pour se différencier du mobilier plus traditionnel et moins original, plus facile à dessiner.

Une étagère faite pour les déficients visuels

Tout d'abord, petite explication concernant la photo. Le fond blanc représente un mur (le mur d'une entrée d'appartement ou d'une maison). Tout le contour que l'on aperçoit en bois représente l'étagère qui s'intègre directement dans le mur. Ainsi, le malvoyant dès qu'il entre chez lui peut déposer tous ses objets dans des espaces réservés : un trou pour la canne, un endroit pour ranger ses clefs, un porte manteau sous l'étagère, et une partie plus plâne pour déposer tout autres objets. L'objectif est que "la main suive le parcours du meuble". Idem pour le départ de la maison, chemin inverse !

Le meuble de demain ?

Pour Antoine Chagnon, le meuble de demain est un meuble que l'on peut personnaliser selon ses goûts, en ajoutant ou retirant des éléments. Il n'est pas contre le fait de travailler sur d'autres projets de mobiliers pour personnes handicapées, même si son idéal est de pouvoir travailler avec des matériaux durables.

Retrouvez l'interview d'Antoine Chagnon ici :




Catégories: Actualité handicap

Prix Klésia accompagnement handicap 2017

7 juin, 2017 - 16:23

Quatre prix de 15 000 euros seront remis fin 2017 à des associations développant des projets pour améliorer le quotidien des personnes en situation de handicap. Depuis maintenant, dix ans, le groupe de protection sociale Klésia, récompense les initiatives les plus exemplaires du monde associatif en faveur des personnes handicapées.

Toutes les associations à but non lucratif ou reconnues d’utilité publique sont autorisées à concourir si leur projet présenté s’adresse aux personnes handicapées ou en perte d’autonomie. Elles ont jusqu’au lundi 12 juin pour déposer leur dossier de candidature.

 

Fin 2017, un jury départagera les projets pour remettre quatre prix différents : le prix réussite récompensant le projet réalisé le plus innovant, le prix perspective pour encourager un projet en cours présentant des perspectives prometteuses, le prix emploi valorisant une initiative en faveur de l’emploi des personnes handicapées, et le prix prévention récompensant un projet dédié à la prévention santé.

 

De plus, l’un des quatre projets récompensés recevra le prix coup de cœur du public lors de la cérémonie de remise des prix.  

Catégories: Actualité handicap