Vie sexuelle et affective

La question de la sexualité des personnes handicapées est encore aujourd'hui dans notre société taboue. Pourtant les personnes en situation de handicap ont des besoins et une envie d’aimer.

Actuellement les projets institutionnels concernant l’autonomie des personnes en situation de handicap sont de plus en plus nombreux. Il était donc évident que la vie affective et sexuelle des personnes handicapées allait devenir un sujet de préoccupation vital dans cette quête de l’autonomie. Et parce que le contact avec l’autre nous apprend à nous connaitre mais aussi à découvrir notre corps, il est important désormais de décomplexer la sexualité des personnes en situation de handicap. 

Tout d’abord il est essentiel d’informer et de sensibiliser le public de ce sujet. C’est pour cela que des professionnels (médecins, psychologues…) se penchent désormais sur la question de la sexualité des personnes en situation de handicap, notamment par le biais de colloque voire de stages de formation pour les professionnels des secteurs médicaux-socio-éducatifs ou responsables d’associations.

Il est important pour ces professionnels d’être formé sur le sujet, tant ce domaine est complexe car chaque type de handicaps vit une sexualité différente. La personne handicapée moteur aura sans-doute d’autres besoins que celle présentant des déficiences sexuelles par exemple. Dans ce cas il faudra redéfinir tout le concept de sexualité avant de trouver des solutions adaptées, non seulement techniques, mais aussi éducatives ou bien informatives.

Des établissements créés par des parents d’enfants handicapés ont par ailleurs décidé de franchir le cap et d’aller au-delà des préjugés. Ces centres spécialisés proposent des cours d’éducation sexuelle, des ateliers afin de découvrir la vie intime. Certains pays comme la Belgique ou la Suisse proposent même un service d’assistants érotiques ! C’est sans oublier Internet qui peut être dans ce domaine de nouveau sollicité. En fréquentant des sites de rencontres spécialisés ou pas, les personnes en situation de handicap peuvent renouer ainsi avec leur intimité.